Qu’est-ce que la déviance sexuelle ?

Déviance Sexuelle Def

La déviance sexuelle, et ce qui est défini comme tel, est spécifique à la culture et à l’histoire. Cela se traduit par la recherche d’un plaisir érotique par des moyens considérés comme étranges, différents ou inacceptables par la société au sens large ou les personnes influentes de la communauté. 

Comme la plupart des formes de déviance, la déviance sexuelle est définie différemment par des personnes d’origines, de croyances, de morales et de lieux différents. 

Cependant, la déviance sexuelle est également basée sur l’idée que l’opinion publique fait souvent preuve d’étroitesse d’esprit et réagit de manière stigmatisante et ostracisante envers tout ce qui “sort de l’ordinaire” en le qualifiant d’anormal.

Qu’est-ce qu’une paraphilie ?

Les paraphilies sont des troubles de la sexualité déviante. Selon la définition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (la bible diagnostique du clinicien ou DSM), il s’agit de fantasmes, de pulsions ou de comportements récurrents de nature sexuelle centrés sur les enfants, les non-humains (animaux, objets, matériaux) ou sur le fait de nuire à autrui ou à soi-même.

De nombreux termes ont été utilisés pour décrire les intérêts sexuels atypiques, et des débats subsistent quant à la précision technique et à la perception de la stigmatisation. 

Le sexologue John Money a popularisé le terme de paraphilie en tant que “désignation non péjorative d’intérêts sexuels inhabituels”. Money a décrit la paraphilie comme “un embellissement sexuo-érotique ou une alternative à la norme idéologique officielle”. 

Le psychiatre Glen Gabbard écrit que malgré les efforts de Wilhelm Stekel et de John Money, “le terme paraphilie reste péjoratif dans la plupart des circonstances”. Stekel note que Rousseau a également abordé la paraphilie dans un roman.

Le terme paraphilie a été inventé par Friedrich Salomon Krauss en 1903 et a été utilisé régulièrement par Stekel dans les années 1920. Le terme vient du grec παρά (para) “à côté de” et φιλία (-philia) “amitié, amour”.

À la fin du XIXème siècle, les psychologues et les psychiatres ont commencé à classer les différentes paraphilies, car ils souhaitaient disposer d’un système plus descriptif que les concepts juridiques et religieux de sodomie et de perversion. 

Avant l’introduction du terme paraphilie dans le DSM-III (1980), le terme “déviance sexuelle” était utilisé pour désigner les paraphilies dans les deux premières éditions du manuel. En 1981, un article publié dans l’American Journal of Psychiatry décrivait la paraphilie comme “des fantasmes récurrents et intenses d’excitation sexuelle, des pulsions sexuelles ou des comportements impliquant généralement” les éléments suivants :

  • objets non humains
  • la souffrance ou l’humiliation de soi-même ou de son partenaire
  • des enfants prépubères
  • personnes non consentantes
  • homosexualité et non-hétérosexualité

La non-hétérosexualité, aujourd’hui largement acceptée comme une variante de la sexualité humaine, était autrefois considérée comme une déviance sexuelle à cause de l’hétéronormativité qui a longtemps régné.

Il faudra hélas attendre jusqu’en 1973 pour que l’American Psychiatric Association retire l’homosexualité du DSM. Martin Kafka écrit : “Les déviances sexuelles autrefois considérées comme des paraphilies (par exemple l’homosexualité) sont aujourd’hui considérés comme des variantes de la sexualité normale”.

Parce qu’elles sont si souvent associées à des pratiques sexuelles abusives qui font de vraies victimes, on a tendance à considérer que toutes les déviances sexuelles sont forcément monstrueuses. Or, tout ce qu’on qualifie de déviance n’est pas à mettre dans le même panier. Certaines se rapprochent plus de préférences atypiques et on se doit de les différencier des troubles paraphiliques qui découlent d’un mal-être psychologique et peuvent s’avérer dangereuses pour le sujet comme pour les personnes qui l’entourent.  

À ce jour, il n’existe pas de large consensus scientifique sur les frontières définitives entre ce qui est considéré comme des “intérêts sexuels non-conventionnels” (les kinks, les fétiches) et les paraphilies, ce qui explique que ces termes soient souvent utilisés à tort de manière vague et interchangeable, en particulier dans le langage courant.

Prévalence des paraphilies selon le genre

La recherche a montré que les paraphilies sont rarement observées chez les femmes. Le masochisme sexuel est la paraphilie la plus fréquemment observée chez les femmes, avec environ 1 cas de masochisme sexuel sur 20.

La majorité des études sur les paraphilies sont menées sur des personnes qui ont été condamnées pour des crimes sexuels. Étant donné que le nombre de délinquants sexuels condamnés de sexe masculin dépasse de loin le nombre de délinquants sexuels condamnés de sexe féminin, la recherche sur les comportements paraphiliques chez les femmes est par conséquent insuffisante.

En raison du faible nombre de femmes dans les études sur la pédophilie, la plupart des études sont basées sur des “échantillons exclusivement masculins”.

Cette sous-représentation probable peut également être attribuée à une “tendance sociétale à rejeter l’impact négatif des relations sexuelles entre de jeunes garçons et des femmes adultes”. Michele Elliott a mené des recherches approfondies sur les abus sexuels commis par des femmes sur des enfants et a publié le livre Female Sexual Abuse of Children : The Ultimate Taboo dans le but de remettre en question le discours sexiste qui entoure les crimes sexuels.

Les limites physiologiques de l’étude de la sexualité féminine doivent également être reconnues lorsque l’on considère la recherche sur les paraphilies. Alors que l’excitation sexuelle d’un homme peut être directement mesurée à partir de son érection, l’excitation sexuelle d’une femme ne peut être mesurée aussi clairement, et par conséquent la recherche sur la sexualité féminine est rarement aussi concluante que la recherche sur les hommes.

Liste des paraphilies

En 2018, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) liste huit paraphilies majeures. Selon cet ouvrage, pour qu’une paraphilie soit diagnostiquée, l’objet de la déviance doit être la seule source de gratification sexuelle pendant une période d’au moins six mois et doit causer « une détresse clinique notable ou un handicap dans le domaine social, professionnel ou autres domaines fonctionnels importants », ou impliquer une violation du consentement d’autrui. 

Le DSM classe également une large liste de paraphilies : 

  • Exhibitionnisme

L’exhibitionnisme est une compulsion qui consiste à montrer ses parties intimes à des étrangers. Comme les joueurs, les pyromanes et autres drogués de l’impulsion, les exhibitionnistes traversent des périodes de tension croissante qui ne sont soulagées que par le “rush” de s’exposer à des étrangers (parfois accompagné de masturbation).

  • Fétichisme

Le fétichisme consiste à fixer son énergie sexuelle sur un objet fabriqué, plutôt que sur un autre être humain. Les objets fétiches sont souvent des vêtements tels que des chaussures, des sous-vêtements, des culottes ou des soutiens-gorge. Ils peuvent être fabriqués dans des matériaux particuliers tels que le cuir ou le caoutchouc. Il est fréquent qu’une personne fétichiste ne puisse pas atteindre l’orgasme sans impliquer son objet fétiche dans l’acte sexuel (par exemple, en demandant à son partenaire de porter l’objet fétiche). Bien qu’elles ne soient pas spécifiquement mentionnées dans le DSM, les personnes qui dépendent chroniquement de la pornographie pour leur excitation sexuelle peuvent probablement être considérées comme des fétichistes.

Fétichisme Paraphilie
  • Frotteurisme

Le frotteurisme implique une compulsion à se frotter contre des étrangers de manière sexuelle. Comme l’exhibitionnisme et d’autres troubles du contrôle des impulsions, le frotteurisme tend à impliquer un cycle d’accumulation de tension qui est soulagé par des actes “excitants”.

  • Pédophilie

On parle de pédophilie lorsqu’un adulte sexuellement mature fantasme sur des enfants pré-pubères ou se livre à des comportements sexuels avec eux. Les pédophiles ont tendance à avoir des préférences pour les enfants de sexe masculin ou féminin (mais pas les deux). Ils peuvent se concentrer exclusivement sur les enfants ou s’intéresser également à la sexualité des adultes.

Les pédophiles rationalisent généralement leur comportement déviant (qui peut inclure des caresses uniquement ou un véritable viol d’enfant) en le qualifiant d’éducatif et de bénéfique pour l’enfant. Ils peuvent également croire que leur enfant victime les a séduits sexuellement.

Il est assez fréquent que le pédophile menace l’enfant pour que son comportement sexuel prédateur reste secret. Comme le pédophile est souvent le parent ou le beau-parent de l’enfant victime, ou qu’il a travaillé dur pour gagner la confiance des parents, il y a souvent peu de personnes et de lieux perçus comme sûrs auxquels un enfant pourrait de toute façon signaler sa victimisation.

  • Sadisme et Masochisme

Le masochisme et le sadisme sexuels concernent des personnes qui ont des rapports sexuels dans le but de provoquer (sadisme) ou de recevoir (masochisme) de la douleur physique et émotionnelle, de l’embarras et de l’humiliation.

  • Travestisme

Le travestisme (fétichisme transvestique) se produit lorsqu’un homme hétérosexuel par ailleurs “normal” fantasme sur le fait de s’habiller avec des vêtements féminins et/ou passe à l’acte. Ce type de travestissement est généralement vécu comme sexuellement stimulant.

  • Voyeurisme

Le voyeurisme ou le comportement de “voyeur” consiste à fantasmer compulsivement sur une personne (qui ne sait pas qu’elle est observée) pendant qu’elle se déshabille, et/ou à passer à l’acte pour l’espionner. Ce type de comportement est très courant dans la population générale. Il ne peut être diagnostiqué comme un trouble que s’il devient un élément compulsif de la routine sexuelle d’une personne.

Masochisme Paraphilie

Traiter les troubles de la déviance sexuelle : approches et interventions thérapeutiques

Il existe plusieurs approches et interventions thérapeutiques pour aider les individus à gérer la déviance sexuelle. Il s’agit notamment des thérapies cognitives et comportementales, des thérapies de groupe et des modifications comportementales. L’objectif principal de ces approches est d’aider les individus à développer des mécanismes d’adaptation qui minimiseront le risque de récidive.

Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) sont souvent utilisées pour aider les individus à identifier et à modifier les schémas de pensée et les comportements négatifs qui contribuent à leur déviance sexuelle. Ce type de thérapie peut aider les individus à développer des attitudes plus saines à l’égard de la sexualité et des relations, et à apprendre à gérer leurs impulsions et leurs pulsions. Les TCC sont pratiquées par des professionnels de la santé, tels que des psychologues, psychiatres, psychothérapeutes ou encore sexothérapeutes.

La thérapie de groupe peut également être une approche efficace pour traiter la déviance sexuelle. Dans un groupe, les individus peuvent partager leurs expériences et apprendre des autres qui traversent des difficultés similaires. La thérapie de groupe peut également apporter un sentiment de communauté et de soutien, ce qui peut être utile pour les personnes qui se sentent isolées ou qui ont honte de leur comportement.

Systèmes de soutien individuels

Il est essentiel de mettre en place des systèmes de soutien pour les personnes ayant des comportements sexuels déviants. Des interventions et un soutien précoces peuvent contribuer à réduire la probabilité d’une récidive. Les systèmes de soutien peuvent inclure des conseils, un soutien psychologique et des groupes de soutien communautaires.

Thérapie Déviance Sexuelle

Le consentement fait toute la différence

Le consentement et la mise en place d’une structure avec des limites bien définies sont essentiels dans les interactions sexuelles, que l’activité soit considérée comme déviante ou non. Il est essentiel de comprendre ce qui constitue le consentement et de mettre en place des limites claires pour s’assurer qu’aucune des parties concernées ne se sente violée. Dans le contexte de la déviance sexuelle, la notion de limite peut être plus floue et donc plus difficile à établir. Il est donc essentiel d’avoir une communication ouverte afin d’établir des limites à l’avance.

La déviance sexuelle est un problème complexe et à multiples facettes qui nécessite une compréhension et une gestion approfondies. En partageant les connaissances et en apportant un soutien adéquat, les personnes aux prises avec une déviance sexuelle peuvent apprendre à gérer leurs comportements, et la société peut œuvrer à la création d’un monde plus inclusif et plus tolérant.

Il est important de noter que la déviance sexuelle n’est pas la même chose que la violence sexuelle ou les comportements non consensuels. La déviance sexuelle fait référence à des comportements sexuels qui sont considérés comme en dehors des normes ou des attentes de la société. Il peut s’agir de fétichisme, de BDSM ou d’autres activités consensuelles qui peuvent être stigmatisées ou mal comprises. 

Il est essentiel de faire la distinction entre les déviances sexuelles consensuelles et les comportements non consensuels afin de garantir le respect et la protection de toutes les parties concernées.

Si vous jugez vos penchants comme “anormaux” ou encore “bizarres” et que cela est source de mal-être ou de honte, n’hésitez pas à chercher conseil auprès de sexothérapeutes. Le fait de discuter, vous éduquer sur ce qui est lié à vos penchants et vos fantasmes, peut en premier lieu, vous rassurer mais également vous permettre de regagner une notion de contrôle sur votre vie et toute l’étendue de votre complexe personnalité. Pour toute question, contactez-nous par e-mail à hello@gode-is-love.com et nos professionnels de la sexualité vous répondrons avec clarté et confidentialité.

En espérant que cet article vous aura plu et souvenez-vous, sans consentement, pas de plaisir !

SOURCES

Gode is Love applique des directives strictes en matière de sources d’information et s’appuie sur des livres et sites web de professionnels du secteur, et des études évaluées par des pairs, des instituts de recherche universitaires et des associations médicales.

Voici les sources que nous avons utilisé pour la rédaction de cet article :

  • “Sexual Deviance: Theory, Assessment, and Treatment” – Livre par D. Richard Laws et William T. O’Donohue

  • “Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-5)” – Manuel publié par l’American Psychiatric Association en 2013

  • “Paraphilias: From Diagnosis to Treatment” – Article sur le site Psychiatric Times, 2019

  • “Approche psychiatrique des déviances sexuelles” – Livre par Florence Thibaut

  • “Troubles des conduites sexuelles (troubles paraphiliques) : diagnostic et traitement” – Article sur le site EM Consulte, 2020