Anorgasmie : quel est ce trouble ?

Anorgasmie

L’anorgasmie, aussi appelée le syndrome de Coughlan, est un type de dysfonctionnement sexuel dans lequel une personne ne parvient pas à atteindre l’orgasme malgré une stimulation estimée “adéquate” (nous reviendrons là dessus).

Qu’est-ce que l’anorgasmie précisément ? Comment identifier l’anorgasmie et surtout comment s’en défaire ? C’est ce que nous allons explorer dans cet article.

Festivement, maestro !

Comment savoir si vous souffrez d’anorgasmie ?

On parle d’anorgasmie lorsqu’une personne éprouve des difficultés ou n’arrive pas à avoir d’orgasme, même lorsqu’elle apprécie les rapports sexuels et qu’elle se sent bien. L’anorgasmie décrit également les orgasmes qui ne sont pas aussi forts ou qui ne se produisent pas aussi souvent qu’on le souhaiterait. Il s’agit d’une forme de trouble sexuel qui touche tous les sexes. Elle peut avoir des répercussions sur la santé mentale, causer de la détresse et de l’anxiété, et peut même perturber les relations interpersonnelles. L’anorgasmie est également appelée dysfonctionnement orgasmique.

Les différents types d’anorgasmie

Anorgasmie primaire

Également connue sous le nom d’anorgasmie permanente, l’anorgasmie primaire est utilisée pour décrire le fait de ne jamais avoir d’orgasme, même après une stimulation “suffisante”.

L’anorgasmie primaire est plus fréquente chez les personnes qui :

  • sont plus jeunes
  • ont moins d’expérience sexuelle
  • ont grandi dans un environnement sexuellement répressif

 

Anorgasmie secondaire

On parle d’anorgasmie secondaire lorsqu’une personne avait l’habitude de jouir, mais qu’au fil du temps, sa réponse orgasmique a disparu.

 Ce terme est utilisé pour les personnes qui ont beaucoup de mal à atteindre l’orgasme.

L’anorgasmie secondaire est plus fréquente chez les personnes qui :

  • ont récemment accouché ou sont ménopausées
  • ont subi une chirurgie génitale
  • ont été agressées plus tard dans leur vie
  • ont récemment commencé à prendre un nouveau médicament
  • ont subi un changement de poids
  • ont été récemment blessées

 

Anorgasmie situationnelle

L’anorgasmie situationnelle est un terme plus ou moins “fourre-tout”. Elle se produit lorsque vous n’êtes pas en mesure d’atteindre l’orgasme lors de certaines activités sexuelles. Par exemple, le P-in-V ou le sexe oral. Mais en vérité, ce terme est plus qu’ambigu. Il laisse à penser que ne pas jouir les trois quarts du temps est “anormal”. Or, tout le monde n’a pas forcément besoin de la même chose pour jouir.

Types d'Anorgasmie

Physiologie du Big O

L’orgasme (également appelé apogée sexuelle) est une sensation de plaisir ou d’excitation sexuelle qui survient après l’excitation. Il peut ressembler à une libération et impliquer des mouvements corporels échappant à votre contrôle. Sa durée et son intensité varient. Certaines personnes ont besoin d’une stimulation sexuelle plus importante pour avoir un orgasme, tandis que d’autres non.

En cas d’anorgasmie, vous pouvez avoir envie de faire l’amour et ressentir du plaisir, mais vous pouvez ressentir de l’angoisse ou une détresse émotionnelle parce que vous ne parvenez pas (ou rarement) à avoir d’orgasme. 

L’orgasme est un processus physiologique et psychologique complexe qui implique non seulement les organes génitaux et le cerveau, mais aussi les nerfs et les hormones qui dirigent la réponse sexuelle. L’orgasme est la troisième des quatre phases du cycle de la réponse sexuelle décrit comme suit :

  • Désir (libido)
  • L’éveil (excitation)
  • Orgasme (point culminant)
  • Résolution (sentiments et sensations immédiatement après l’acte sexuel)

Chez les femmes, la manière la plus courante d’atteindre l’orgasme est de stimuler le clitoris, soit directement (par la masturbation ou le cunnilingus), soit indirectement (par exemple lors d’un rapport sexuel vaginal). Chez certaines femmes, l’orgasme peut s’accompagner de l’émission de fluides (on parle alors d’éjaculation féminine).

Chez l’homme, la façon la plus courante d’atteindre l’orgasme est de stimuler le pénis. Cette stimulation s’accompagne généralement d’une éjaculation (émission de sperme), mais peut aussi ne pas avoir lieu (on parle alors d’éjaculation sèche ou éjaculation rétrograde).

Outre la stimulation physique, l’orgasme peut être atteint par l’excitation psychologique, comme les émissions nocturnes ou les “rêves humides”, qui peuvent affecter les hommes comme les femmes.

 

Causes de l’anorgasmie

Les causes de l’anorgasmie peuvent être décrites comme étant soit physiologiques (liées aux fonctions biologiques du corps), soit psychologiques (liées à l’esprit). Dans de nombreux cas, les deux sont impliqués.

La plupart des causes physiologiques de l’anorgasmie sont communes aux femmes (ou personnes assignées femmes a la naissance) et aux hommes (ou personnes assignées hommes a la naissance). Mais certaines sont spécifiques à chaque sexe.

 

Causes physiologiques de l’anorgasmie

Les causes physiologiques de l’anorgasmie communes aux femmes et aux hommes sont les suivantes :

  • Les conditions médicales qui affectent les nerfs qui sensibilisent les organes génitaux, y compris la sclérose en plaques, la neuropathie diabétique et les lésions de la moelle épinière
  • les maladies thyroïdiennes (qui peuvent réduire les niveaux de testostérone et affecter la fonction sexuelle chez les hommes et les femmes)
  • l’hyperprolactinémie (un groupe d’affections caractérisées par des niveaux élevés de l’hormone prolactine, qui entraîne une baisse des niveaux de testostérone)
  • l’alcoolisme et la toxicomanie (y compris les drogues illicites comme l’héroïne et la cocaïne)
  • Certains médicaments sur ordonnance (tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, ou ISRS, utilisés pour traiter la dépression)
  • Radiothérapie pelvienne (utilisée pour traiter le cancer de la vessie, le cancer du côlon et d’autres cancers pelviens)
  • l’absence de réflexe bulbocaverneux (une maladie congénitale qui empêche les contractions du sphincter anal et la capacité d’orgasme).

Causes physiologiques chez les femmes ou personnes assignées femmes à la naissance

L’anorgasmie n’est pas rare chez les femmes. En fait, certaines études suggèrent que 10 à 15 % des femmes n’ont jamais eu d’orgasme.

Les causes physiologiques spécifiques aux femmes sont les suivantes : 

  • La ménopause (caractérisée par une chute brutale des niveaux d’œstrogènes)
  • Complications de l’hystérectomie (ablation chirurgicale de l’utérus)
  • Douleur pelvienne chronique (causée par exemple par l’endométriose)
  • Prolapsus du plancher pelvien (lorsque les organes pelviens s’enfoncent dans le vagin).

 

Causes physiologiques chez l’homme ou personnes assignées hommes à la naissance

L’anorgasmie toucherait environ 3% des hommes sexuellement actifs. Bien que l’âge joue un rôle, l’anorgasmie peut toucher les hommes de tout âge.

Les causes physiologiques spécifiques aux hommes sont les suivantes : 

  • Hypogonadisme (faible taux de testostérone)
  • Complications de la prostatectomie (ablation chirurgicale de la prostate)
  • Le syndrome de la cauda equina (une maladie rare associée à la dysfonction érectile qui affecte les nerfs de la partie inférieure de la moelle épinière).

 

Médicaments et problèmes de santé pouvant avoir un impact sur l’orgasme

Certaines maladies chroniques

Il existe de nombreuses conditions médicales qui peuvent causer l’anorgasmie. Les plus courantes :

  • le diabète
  • l’hypertension
  • la maladie de Crohn
  • la méningite
  • une maladie vasculaire
  • une douleur chronique
  • des maladies auto-immunes
  • le syndrome de l’intestin irritable et la constipation chronique

Un faible taux de testostérone peut affecter la capacité d’orgasme chez les hommes ou les personnes assignées à un sexe masculin à la naissance (AMAB). Il est souvent lié à des troubles de l’érection, à un retard d’éjaculation ou à des problèmes similaires. D’autres hormones, comme la prolactine, peuvent également affecter la fonction sexuelle chez les personnes ayant un pénis.

De nombreux ISRS (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine), souvent utilisés pour traiter la dépression ou l’anxiété, peuvent affecter la fonction sexuelle. Si vous prenez ce type de médicament, parlez à votre médecin de vos symptômes et envisagez d’autres médicaments. Certains ISRS sont moins susceptibles de provoquer une anorgasmie, et des alternatives à la prise de ces types d’antidépresseurs peuvent également être utiles.

Outre les ISRS, d’autres médicaments peuvent affecter votre capacité à atteindre l’orgasme. En voici quelques exemples :

  • Les antidépresseurs tricycliques (ATC)
  • Inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO)
  • Médicaments antipsychotiques
  • Les médicaments anti-mania
  • Les médicaments utilisés pour traiter l’hypertension artérielle peuvent provoquer des troubles de l’érection
  • Certains antihistaminiques et décongestionnants peuvent provoquer des troubles de l’érection ou de l’éjaculation

 

Causes psychologiques

Les facteurs psychologiques qui peuvent causer ou contribuer à l’anorgasmie chez les hommes et les femmes sont les suivants :

  • Problèmes généraux de santé mentale tels que l’anxiété, le stress ou la dépression
  • Problèmes relationnels
  • L’anxiété liée à la performance sexuelle
  • Attitudes négatives à l’égard de la sexualité en raison d’une éducation religieuse ou culturelle répressive
  • Abus et traumatismes sexuels passés (y compris le viol ou l’inceste)
  • Phobies, telles que l’haphéphobie (peur d’être touché) et la génophobie (peur généralisée des rapports sexuels)
  • Le deuil (comme la perte d’un partenaire)
Causes Psychologiques Anorgasmie

Quelles solutions ?

Consulter un médecin ou un gynécologue-obstétricien

La première étape consiste presque toujours à écarter toute cause liée a votre santé générale. Si un problème médical sous-jacent vous empêche d’atteindre l’orgasme, la prise en charge de ce problème par un médecin ou gynécologue peut vous aider à atteindre l’orgasme.

Consulter un thérapeute du plancher pelvien

Un.e thérapeute du plancher pelvien peut évaluer la fonction musculaire et déterminer si l’orgasme est inhibé en raison d’un dysfonctionnement du plancher pelvien ou de douleurs au niveau du plancher pelvien. Si c’est le cas, il peut vous aider à traiter les deux.

Consulter un.e sexothérapeute

La sexothérapie sera en mesure de vous aider à trouver et à traiter l’origine de vos problèmes sexuels et vous aidera également à mieux vivre avec ce problème. Il est fréquent que l’anorgasmie entraîne du ressentiment, des sentiments de gêne, de honte et d’insuffisance au sein de vos relations intimes. 

Quelles autres questions se poser ?

Avez-vous remarqué que dès lors qu’on recherche une solution à un problème sexuel, on se confronte systématiquement à la tout-puissante Norme ?

Alors certes, “dans la plupart des cas” peut aider une majorité de personnes. Mais qu’en est-il de la minorité, une fois de plus lésée, qui n’y trouve pas son compte ?

Si vous ne cochez aucune des cases, mais que vous éprouvez tout de même du mal à atteindre l’orgasme, c’est peut-être tout simplement parce que vous avez besoin de redéfinir le plaisir par vous-même, selon vos propres codes, votre propre rythme. 

Alors certes, un.e sexothérapeute peut vous accompagner sur cette voie, mais il y a quelques petites choses que vous pouvez faire par vous-même ou avec votre (ou vos) personne(s) spéciale(s).

 

Apprenez à connaître votre anatomie

Toute personne, anorgasmique ou non, devrait se familiariser avec sa propre anatomie, parce que, il faut dire ce qui est, les cours d’éduc sexuelle ne sont pas encore à la hauteur de notre diversité. Voici quelques tuyaux pour vous aider à (re) démarrer :

De nombreuses ressources sont disponibles, en ligne (n’hésitez pas à suivre notre page instagram notamment!) et bien sûr auprès de professionnels de la sexualité, qui sauront vous porter conseil

 

Redécouvrez le plaisir avec les sextoys !

La masturbation peut vous aider à apprendre quels types de toucher vous procurent du plaisir, que vos séances de sexe en solo aboutissent ou non à un orgasme (parce qu’en soi, tout ne se rapporte pas à l’orgasme).

Il existe une variété incroyable de vibromasseurs, stimulateurs clitoridiens, godes…etc que vous pouvez consulter – entre autres – sur notre site. Les boules de geisha pour renforcer votre plancher pelvien sont aussi une super option !

 

Privilégiez les jeux non pénétratifs

L’un des plus gros mensonges que l’on nous ait enseigné est que l’orgasme ne peut être atteint qu’en mettant un pénis à l’intérieur d’un vagin. En réalité, il y a tellement d’autres façons d’éprouver du plaisir.

Imaginez que chaque centimètre de votre peau soit une zone érogène potentielle à explorer, et rendez chaque sensation digne d’être appréciée. Voici quelques idées d’activités : 

  • massage du dos
  • léchage de vos zones érogènes
  • doigté anal
  • adoration des pieds
  • stimulation des mamelons
  • les caresses partout ! (On ne le dit pas assez)

 

Le mot de la fin

L’anorgasmie est un terme parapluie pour pas mal de soucis qui pourraient, peut-être, être bénins si l’on essayait de prendre le temps d’apprendre ou réapprendre le plaisir du corps et de considérer les choses sous un angle – ou des angles, ne nous limitons pas – nouveau.x. 

Bien entendu, il faut tout d’abord écarter tout souci d’ordre médical en premier lieu, mais ça ne peut faire de mal à personne de découvrir des façons de se faire plaisir autres que ce qu’on nous a dicté et prémaché… n’est-ce pas ?

En vous souhaitant, comme toujours, bien du plaisir…

SOURCES

Gode is Love applique des directives strictes en matière de sources d’information et s’appuie sur des livres et sites web de professionnels du secteur, et des études évaluées par des pairs, des instituts de recherche universitaires et des associations médicales.

Voici les sources que nous avons utilisé pour la rédaction de cet article :

  • “La dysfonction sexuelle féminine” – Article sur le site PasseportSanté, 2022
  • “Dysfonction de l’orgasme féminin (DOF)” – Article sur le site Les Cliniques Marois
  • “Anorgasmie : 7 conseils de psy pour vous libérer de ce blocage” – Article sur le site La Clinique E-Santé, 2023
  • “Becoming Orgasmic: A Sexual and Personal Growth Program for Women” – Livre par Julia R. Heiman et Joseph Lopiccolo

  • “The Orgasm Answer Guide” par Barry R. Komisaruk, Beverly Whipple, Sara Nasserzadeh, et Carlos Beyer-Flores. Une source exhaustive qui aborde le sujet de l’orgasme sous différents angles, y compris l’anorgasmie.

  • “Sexual Dysfunction & Disorders: Treatment, Symptoms & Diagnosis” – Article sur le site de la Cleveland Clinic, 2020