Quels sont les différents moyens de contraception ?

Quels sont les moyens de contraception

Bonjour, bonsoir ! Aujourd’hui je vais vous parler comme à des grand.e.s puisqu’on va parler de contraception. Quel que soit votre genre, si vos pratiques sexuelles vous mettent en risque de concevoir, vous êtes concerné.e.s ! 

Comment savoir ? C’est très simple : Lisez la suite ! (allez en plus j’y ai mis du cœur, des petites blagues, tout ce que vous aimez!)

Et puis comme j’aime bien inclure tout le monde, je vous parlerai également dans cet article des avantages de certains modes de contraceptions versus les autres, à savoir par exemple lesquels offrent une protection plus sûre contre les IST et MST

Et puisqu’on parle de protection, je n’ai pas oublié les oreilles sensibles à l’art ! 

Voici rien que pour vous une petite perle de Massive Attack (eh oui, encore du trip hop, blâmez ma prof de danse modern-jazz qui m’a jeté dans la marmite quand j’étais petite!).

La contraception : en chiffres

Selon une étude menée par l’Organisation Mondiale de la Santé (ou OMS), l’utilisation de la contraception est le meilleur moyen de limiter les risques sanitaires liés à la grossesse (duh! un peu logique…). 

En termes d’intervalles entre les naissances, les enfants nés dans les deux ans d’un frère ou d’une sœur aîné(e) ont un risque accru de 60 % de décès infantile, et ceux nés dans les deux à trois ans un risque accru de 10 %, par rapport à ceux nés après un intervalle de trois ans ou plus

Dans le cas des adolescent.e.s sexuellement actifs/ves, l’utilisation de la contraception peut faire une différence majeure puisqu’elle offre toute une série d’avantages potentiels non liés à la santé, tels que des possibilités d’éducation accrues et l’autonomisation des femmes, ainsi qu’une croissance démographique durable et un développement économique pour les pays.

Le nombre de femmes souhaitant avoir recours à la contraception a considérablement augmenté au cours des deux dernières décennies, passant de 900 millions en 2000 à près de 1,1 milliard en 2021.

Entre 2000 et 2020, le nombre de femmes utilisant une méthode contraceptive moderne est passé de 663 millions à 851 millions. 

D’ici à 2030, 70 millions de femmes supplémentaires devraient s’y ajouter. 

La proportion de femmes en âge de procréer (âgées de 15 à 49 ans) dont les besoins sont satisfaits par des méthodes de contraception modernes était de 77,5 % au niveau mondial en 2022, contre 67 % en 1990. 

Les raisons de cette lente progression ? Cela concerne en majorité les jeunes, les pauvres et les célibataires :

  • le choix limité de méthodes contraceptives 
  • l’accès limité aux services 
  • la peur ou l’expérience des effets secondaires 
  • l’opposition culturelle ou religieuse 
  • la mauvaise qualité des services disponibles
  • les préjugés des utilisateurs et des prestataires à l’égard de certaines méthodes 
  • les obstacles liés au sexe qui empêchent d’accéder aux services. 

Côté hommes, les statistiques indiquent que pour les hommes ayant entre 18 et 30 ans ayant été interrogés, certains sont (enfin) prêts à utiliser des méthodes contraceptives masculines :  en 2021, 37 % se déclarent prêts à prendre une pilule masculine, 22 % à effectuer une vasectomie et 12 % à utiliser un slip chauffant.

En d’autres termes, on a encore bien du chemin à faire !

Comment choisir une contraception adaptée à vos besoins

Mais quelle est la méthode contraceptive la plus appropriée ? Comme d’habitude, je vais vous répondre : tout est relatif ! Il n’existe pas UN moyen pour tout le monde, puisque chaque personne est différente. Mais pour mieux vous aiguiller, vous pouvez considérer certains éléments hyper importants : 

  • la sécurité, 
  • l’efficacité, 
  • la disponibilité (y compris l’accessibilité et le coût) et 
  • l’acceptabilité. 

Et en parlant de choses hyper importantes à prendre en compte : la double protection (contraception et protection contre les MST/IST) est un bon exemple, mais nous développerons ça au cas par cas plus bas.

Pour choisir la méthode de contraception qui vous convient, il est important de disposer d’informations précises. Si vous avez un.e/des partenaire(s), parlez ouvertement des options qui s’offrent à vous ensemble. N’hésitez pas à discuter de vos options avec votre gynéco ou sage-femme de façon à pouvoir poser toutes les questions qui vous viennent à l’esprit. En voici une liste pré-établie : 

  • l’efficacité de chaque méthode
  • la raison pour laquelle vous avez besoin d’utiliser un moyen de contraception – certaines personnes utilisent un moyen de contraception pour des raisons hormonales (par exemple en cas de saignements menstruels abondants, d’absence de règles, d’endométriose ou d’acné)
  • les effets secondaires possibles
  • la facilité d’utilisation
  • le coût
  • votre état de santé général – par exemple d’autres problèmes de santé et les médicaments ou traitements en cours
  • votre mode de vie et vos relations
  • votre sécurité et le risque de contracter une infection sexuellement transmissible (IST)
  • votre désir de tomber enceinte ou non
  • si vous pouvez arrêter la méthode vous-même ou si vous devez consulter un professionnel de santé
  • les efforts et le temps nécessaires

La magie de la liberté de choisir consiste à évaluer ses contraintes et ses avantages. Réfléchissez à la manière dont chaque méthode répond à vos besoins actuels et futurs. Pour vous aider à y voir plus clair, lisez la suite !

Les différents modes de contraception

Méthodes naturelles de contraception

Les méthodes naturelles reposent sur la confiance entre les partenaires et sur le fait de ne pas avoir de rapports sexuels à des moments clés du cycle féminin.

Les méthodes naturelles reposent sur la surveillance quotidienne de votre corps. Il peut s’agir d’observer les changements de température de votre corps et les sécrétions vaginales pour déterminer la période de fertilité de votre cycle menstruel.

Les méthodes naturelles comprennent :

  • le rythme (ou calendrier),
  • la glaire cervicale,
  • la température et la symptothermie,
  • les applications de fertilité.

Les méthodes naturelles ne vous protègent pas des IST.

Elles ne sont pas recommandées si vous :

L’efficacité de la contraception naturelle varie en fonction de la méthode ou de la combinaison de méthodes utilisée. Vous pouvez vous renseigner auprès de phytothérapeutes certifiés.

La méthode du retrait

La méthode du retrait consiste à retirer le pénis du vagin avant l’éjaculation.

Cette méthode n’est pas recommandée comme moyen de contraception en raison des risques de présence de spermatozoïdes dans le pré-éjaculat ou du fait que le pénis n’est souvent pas retiré à temps. Inutile de spécifier que cette méthode ne protège pas des IST, MST, etc.

La Contraception intra-utérine

Si vous choisissez cette méthode, le dispositif sera inséré à l’intérieur de l’utérus par un gynéco ou une sage-femme sur rendez-vous.

Le “Stérilet”

Dispositif intra-utérin (DIU) au cuivre T – Ce DIU est un petit dispositif en forme de “T”. Il peut rester dans l’utérus jusqu’à 10 ans.

Taux d’échec de l’utilisation typique : 0.8%.

Stérilet Contraception

Le DIU LNG

Système intra-utérin au lévonorgestrel (ou DIU LNG). Même dispositif en forme de T que le précédent à la différence qu’il libère chaque jour une petite quantité de progestatif pour vous empêcher de tomber enceinte. Il reste dans l’utérus entre 3 et 8 ans, selon le dispositif.

Taux d’échec typique de l’utilisation : 0.1-0.4%.

Les Méthodes hormonales

L’implant contraceptif

Implant – L’implant est une tige unique et fine qui est insérée sous la peau de la partie supérieure du bras de la femme. Le bâtonnet contient un progestatif qui est libéré dans le corps sur une période de 3 ans. 

Taux d’échec de l’utilisation typique : 0.1%.

Implant Contraceptif

L’ Injection ou “piqûre”  

Les femmes reçoivent de leur médecin des piqûres de l’hormone progestative dans la fesse ou le bras tous les trois mois. 

Taux d’échec typique : 4%.

Injection Contraceptive

La “pilule”

Les contraceptifs oraux demandent une régularité quotidienne, car contrairement au dispositif hormonal intra-utérin, la distribution se fait, comme son nom l’indique, par voie orale. 

Contraceptifs oraux combinés

Les contraceptifs oraux combinés contiennent des hormones œstrogène et progestatif. Ils sont uniquement délivrés sur ordonnance. Si vous avez plus de 35 ans, si vous fumez, si vous avez des antécédents de caillots sanguins ou de cancer du sein, votre médecin peut vous déconseiller de prendre un contraceptif oral qui contient des hormones combinées, et vous orienter plutôt vers la pilule progestative (de type optimizette). 

Taux d’échec de l’utilisation typique : 7%.

La pilule progestative 

Contrairement à la pilule combinée, la pilule progestative (parfois appelée mini-pilule) ne contient qu’une seule hormone, la progestérone, au lieu de l’œstrogène et de la progestérone. Elle peut être une bonne option pour les femmes qui ne peuvent pas prendre d’œstrogènes. 

Taux d’échec de l’utilisation typique : 7%.

Autres types de contraceptifs hormonaux

Le patch contraceptif

Ce patch cutané peut se porter sur le bas-ventre, les fesses ou le haut du corps (mais pas sur les seins). Prescrit par un médecin, il libère des hormones progestatives et œstrogènes dans la circulation sanguine. Cette méthode est effective pendant trois semaines, puis il faut en mettre un nouveau, en restant une semaine sans pour permettre aux règles de se manifester.

Taux d’échec de l’utilisation typique : 7%.

Patch Contraceptif

L’anneau

Anneau contraceptif vaginal hormonal – L’anneau libère les hormones progestatives et œstrogènes. L’anneau est placé à l’intérieur du vagin. Vous portez l’anneau pendant trois semaines, vous le retirez pendant la semaine de vos règles et vous en mettez un nouveau. 

Taux d’échec de l’utilisation typique : 7%.

Anneau Contraceptif

Les Méthodes “barrières”

Rien à voir avec les gestes barrières, et pourtant… Chacune de ces méthodes de barrière est placée à l’intérieur du vagin pour couvrir le col de l’utérus et bloquer les spermatozoïdes. Pour en savoir plus sur leur utilisation, n’hésitez pas à consulter notre article précédent sur comment mettre un préservatif.

Comment mettre un préservatif

Le Diaphragme

Aussi appelé cape cervicale, ce super-héros anti-reproduction en forme de coupelle s’insère avec un spermicide pour bloquer/anéantir les spermatozoïdes. Ils existent en tailles variées, donc mieux vaut consulter votre gynéco/sage femme pour une installation optimale. 

Le taux d’échec de l’utilisation du diaphragme est généralement de 17 %.

L’Éponge 

L’éponge contraceptive contient elle aussi du spermicide et est placée sur le col de l’utérus. L’éponge agit pendant 24 heures et doit être laissée dans le vagin pendant au moins 6 heures après le dernier rapport sexuel, après quoi elle est retirée et jetée. Taux d’échec typique de l’utilisation : 14 % pour les femmes qui n’ont jamais eu d’enfant et 27 % pour les femmes qui ont eu un enfant.

La “Capote”

Préservatif masculin qui ne doit pas son petit surnom à l’auteur de Breakfast at Tiffany’s. Porté par l’homme ou toute personne responsable doté d’un pénis, le préservatif masculin empêche les spermatozoïdes de pénétrer dans le vagin. 

Les préservatifs en latex, le type le plus courant, aident à prévenir la grossesse, le VIH et d’autres MST, tout comme les nouveaux préservatifs synthétiques. 

Les préservatifs “naturels” ou “en peau d’agneau” contribuent également à prévenir les grossesses, mais peuvent ne pas offrir de protection contre les MST, y compris le VIH. 

Taux d’échec de l’utilisation typique : 13%. 

Les préservatifs ne peuvent être utilisés qu’une seule fois. Vous pouvez les acheter en pharmacie ou vous les faire prescrire par votre médecin généraliste/gynéco. N’utilisez pas de lubrifiants à base d’huile tels que les huiles de massage, l’huile pour bébé, les lotions ou la vaseline avec les préservatifs en latex (c’est valable aussi pour les sextoys en silicone). Ils affaiblissent le préservatif et peuvent le déchirer ou le rompre.

Capote Préservatif Masculin Contraception

Le préservatif féminin

Il s’insère dans le vagin et empêche les spermatozoïdes de pénétrer dans l’utérus. Il est emballé avec un lubrifiant et est disponible dans les pharmacies ou auprès du planning familial. Il peut être inséré jusqu’à huit heures avant le rapport sexuel et il peut également aider à prévenir les MST.

Le taux d’échec de l’utilisation typique est de 21 %.

Préservatif Féminin

Les spermicides

Ces produits agissent en tuant/bloquant les spermatozoïdes et se présentent sous plusieurs formes : mousse, gel, crème, film, suppositoire ou comprimé. Ils sont placés dans le vagin au maximum une heure avant le rapport sexuel. Vous les laissez en place au moins six à huit heures après le rapport. Vous pouvez utiliser un spermicide en plus d’un préservatif masculin, d’un diaphragme ou d’une cape cervicale. Ils peuvent être achetés en pharmacie. 

Taux d’échec de l’utilisation typique : 21%.

Le mot de la fin

J’espère que cet article sur les moyens de contraception vous aura appris des choses, rappelé certaines autres et surtout que vous avez pris du plaisir à le lire ! 

J’ajouterai un grand merci à celles et ceux qui ont lu jusqu’au bout, la contraception est une affaire universelle, quel que soit votre genre, il s’agit de se montrer responsables et de rester informé.e.s pour le bien-être et la qualité de vie !

Sur ces bonnes paroles, je vous dis à très bientôt pour d’autres découvertes et réflexions, en attendant, prenez soin de vous !

SOURCES

Gode is Love applique des directives strictes en matière de sources d’information et s’appuie sur des livres et sites web de professionnels du secteur, et des études évaluées par des pairs, des instituts de recherche universitaires et des associations médicales.

Voici les sources que nous avons utilisé pour la rédaction de cet article :

  • “Planification familiale/méthodes de contraception” – Article sur le site de l’Organisation Mondiale de la Santé, 2023
  • “Quelles sont les méthodes de contraception les plus utilisées dans le monde ?” – Article sur le site de l’Institut National d’Etudes Démographiques
  • “Quels sont les différentes contraceptions” – Article sur le site de Mon Parcours Handicap Gouv, 2023
  • “L’efficacité des moyens contraceptifs” – Article sur le site d’Ameli.fr, 2023
  • “Comment bien choisir sa contraception” – Article sur le site d’Ameli.fr, 2023